Livraison offerte en point relais dès 49€ d’achat

Top

On entend souvent cette phrase (bien que de moins en moins dans le monde de la beauté au naturel) que les huiles végétales c’est trop gras pour être appliquée sur le visage et que ça donne des boutons.

Alors évidemment si l’on s’applique de l’huile d’olive de notre cuisine sur le visage, il est fort probable que la sensation de gras soit tenace !

Néanmoins, cette croyance n’est pas totalement fausse. Les huiles végétales, trésors de la nature riches en antioxydants, en vitamines et en omégas 3,6 et 9, ne sont finalement pas si bénéfiques pour la peau alors?!

Pour le comprendre 5 principaux facteurs doivent être observés.

 

1. L’indice de comédogénécité

Cet indice détermine la probabilité que l’utilisation d’une huile obstrue les pores et donc favorise l’apparition de points noirs, de microkystes et de boutons. Cet indice s’établit sur une échelle de 0 à 5 :

0 : huiles pas comédogènes
Argan, Baobab,Babassu, Baobab, Cameline, Chanvre, Jojoba, Noisette, Son de riz, Tournesol…

1 et 2 : huiles peu comédogènes
Abricot, Amande Douce, Argousier, Avocat, Calophylle (Tamanu) Carthame, Chaulmoogra, Eglantier, Figue de Barbarie, Grenade, Inca Inchi, Macadamia, Neem, Nigelle, Olive, Onagre, Pépins de Raisin, Périlla, Ricin, Sésame…

3 et 4 : huiles comédogènes
Beurre de Cacao, Bourrache, Coco, Coton, Lin, Rose musquée

5 : huile très comédogène
Germe de Blé

Il faut cependant savoir que ce n’est pas parce qu’une huile est classée comédogène qu’elle va forcément vous donner des boutons. La même huile d’indice 3 pourra être très bénéfique pour une peau sèche mais déconseillée en utilisation seule pour une peau grasse avec imperfections.

 

 

2. La sensibilité à l’oxydation

 

En vieillissant ou en étant mal conservée, une huile s’oxyde et devient rance avec une odeur caractéristique. Dans ce cas là, elle sera comédogène même si à l’origine son indice de comédogénécité était de 0. Chaque huile est plus ou moins sensible selon sa composition en acides gras poly-insaturés, elle est caractérisée par son potentiel oxydatif. Ce qui veut dire que plus une huile contient des omégas 3 et omégas 6, plus elle est sensible à l’oxydation et risque de rancir plus vite.

 

Pour éviter ça, il faut s’assurer que l’huile est conservée dans un flacon bien hermétique à l’abri de la lumière et de la chaleur. En générale une huile végétale se conserve 3 à 6 mois après ouverture. Toutefois, pour limiter ce phénomène d’oxydation, il est possible de rajouter un antioxydant tels que la Vitamine E (Tocophérol) ou l’extrait Co2 de Romarin (voir le dosage préconiser par le fournisseur). La durée de vie de l’huile sera allongée de 6 mois à 1 an et toutes ses propriétés seront conservées plus longtemps. Conserver son huile dans une bouteille hermétique au frigo (donc dans le froid et le noir) rallongera également sa durée de vie.

 

Exemples d’huiles végétales particulièrement sensibles à l’oxydation: Cameline, Carthame, cassis, Chanvre, Framboise, Onagre, Rose musqué, etc.

Exemples d’huiles végétales peu sensibles à l’oxydation: Abricot, Amande douce, Argan, Avocat, Baobab, Babassu, Coco, Inca Inchi, Jojoba, Macadamia, Olive, Ricin, Sésame, Son de riz, Souchet, etc.

 

3. La qualité de l’huile

 

La qualité de l’huile est primordiale pour bénéficier de toutes ses propriétés naturellement présentes.
On entend par là, une huile la plus pure possible obtenue par un procédé de pressage à froid ou extraite au CO2. Et bien sûr, on choisira une huile issue de l’agriculture biologique et n’ayant pas subi de transformations chimiques (raffinage, hydrogénation…).

 

4. Son pouvoir de pénétration

 

En fonction de sa composition, une huile sera plus ou moins fluide et pénétrera ainsi plus ou moins rapidement et loin dans les différentes couches de la peau. La sensation de gras sur la peau est donc directement liée à la facilité d’absorption des huiles. Si une huile est épaisse et qu’elle reste sur la peau , elle risque dans ce cas de boucher les pores.

Mais pas d’inquiétude, si vous trouvez que votre huile ne pénètre pas suffisamment et vous laisse une sensation de gras, il existe des astuces :

⇒ Appliquer votre une huile sur une peau bien propre
⇒ Diminuer la quantité appliquée
⇒ Appliquer votre huile sur une peau préalablement humidifiée par une eau florale

⇒ Débarrassez-vous des cellules mortes et de l’excès de sébum accumulés sur la peau et dans les pores en appliquant un masque exfoliant 1 fois par semaine (à espacer davantage pour les peaux sensibles et réactives). Le plus des masques à base d’argiles, les « impuretés » vont littéralement être absorbées par l’argile tout en apportant des minéraux à votre peau.

 

5. Les synergies d’huiles végétales

 

Généralement, la formulation d’une synergie d’huiles végétales permet d’équilibrer les apports en différents acides gras pour apporter des propriétés complémentaires à la peau. Si une huile végétale classée comédogène apparait dans la liste des ingrédients, cela ne signifie pas nécessairement que le produit final l’est. Le plus important est la formule finie.

 

Pour résumer

 

Pour s’assurer que l’utilisation d’une huile nous apporte que du bon :
– Les peaux grasses à tendances acnéiques et les peaux mixtes doivent privilégier les huiles dont l’indice de comédogénécité est compris entre 0 et 2 ;
– Utiliser des huiles biologiques ;
– Protéger les huiles de l’oxygène, de la lumière et de la chaleur en les conservant dans un flacon hermétique foncé et au frais ;
– Rallonger la durée de vie de l’huile avec des antioxydants naturels (Vitamine E ou extrait CO2 de Romarin) ;
– Optimiser la pénétration des huiles dans la peau (peau humidifiée, masque exfolient 1 fois par semaine, etc.)

Avec ces notions en tête, vous pouvez désormais profitez de tous les bienfaits de vos huiles sereinement! 🙂

Post a Comment

v

At vero eos et accusamus et iusto odio dignissimos qui blanditiis praesentium voluptatum.